SEO Maillage interne peut-on optimiser ses liens internes ?

Parfab

Maillage SEO internet

Aujourd’hui sur le blog de VIP agence nous allons aborder un point d’optimisation dont nous n’avons pas encore parlé et qui pourtant apporte un boost conséquent en matière de SEO, le maillage interne.

Evidemment, il s’agit d’un levier que vous connaissez toutes et tous et que vous exploitez à chaque fois que vous rédigez sur vos blogs et sur les blogs de vos clients, mais qui ne fait pas l’objet d’autant de littérature sur tous les blogs SEO que tout ce qui concerne la stratégie de netlinking qui s’apparente beaucoup plus comme étant le nerf de la guerre. Si cette dernière est souvent au cœur des priorités et des préconisations que l’on peut retrouver dans tous les audits de référencement naturel ou presque, le maillage interne est souvent bâclé et c’est bien dommage de se priver de son potentiel.

Peut-on optimiser ses ancres de liens internes ? Si oui, dans quelle mesure ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à remercier Xavier et Nicolas de l’agence de référencement à Lille Facem Web qui ont fait du maillage interne un cheval de bataille dans leurs stratégies SEO et avec qui j’ai eu plaisir à coécrire cet article sur le sujet.

Revenons-en à nos moutons, peut-on optimiser ses ancres quand on fait des liens internes ? La question est très souvent abordée pour ce qui concerne les backlinks, notamment depuis le passage, sur pas mal de sites, d’un animal sorti de sa banquise un mois d’avril 2012, mais pas souvent en ce qui concerne les liens internes.

Ce qui est amusant, c’est que depuis le premier update de Google Pingouin, certains référenceurs continuent d’optimiser leurs ancres de backlinks avec plus ou moins d’habileté et de stratégie derrière ; et d’autres sont devenus si frileux que, même pour leurs liens internes, ils n’osent plus en optimiser les ancres. Nous allons mettre de côté ici la partie backlink qui n’est pas l’objet de cet article et qui mérite bien plus de vigilance à notre avis, mais en ce qui concerne le linking interne, franchement, il y a quand même moyen de se faire bien plaisir !

Ce n’est pas forcément toujours ce qu’il y a de plus judicieux à faire, ce n’est pas ce que nous disons, mais de tous les tests que nous ayons pu faire, vous pouvez y aller sans crainte et répéter la même ancre de lien à outrance vers une page donnée sur laquelle vous visez un mot clé précis sans trembler. Les tests ayant du reste été effectués sur plusieurs secteurs d’activité donnés, dont certains n’ont pas forcément un regard des plus bienveillants de la part de Google et consorts, nous sommes plutôt de nature à croire que vous pouvez y aller gaiement.

Encore une fois, au risque de nous répéter, ce n’est pas parce que ça passe « en bourrinant », que cela vous dispense d’y aller subtilement et de façon plus intelligente, mais si vous désoptimisiez chacun de vos liens internes par crainte de vous ramasser une sanction de la part du géant de Mountain View, à notre sens, vous avez perdu du potentiel d’optimisation.

Pour les SEO plus frileux

Si, malgré ce que nous venons de dire, vous êtes très frileux ou que vous êtes dans une stratégie d’anticipation en vous disant que peut-être un jour cet état de fait va changer et que Google pourrait bien à un moment donné se mettre à faire la chasse aux liens trop optimisés même en interne, optimisez au moins leur emplacement et leur entourage.

Habillez directement votre « lire notre article sur le sujet », votre « voir notre page qui en parle », votre «  en cliquant ici » et toutes les formulations du genre de votre mot clé ou vos mots clés.

Exemple : texte… votre mot clé : lire notre article. texte
Ou mieux encore, encapsulez ! Exemple : texte… un mot clé : lire notre article. Un autre mot clé, texte… c’est plus compliqué lors de la rédaction, c’est évident, mais en se creusant un peu on finit par trouver. Enfin en tous les cas, le jeu en vaut la chandelle.

Nombre de liens internes dans un contenu : quel est le bon volume ?maillage interne

Cela fait partie des questions récurrentes dans le monde du SEO au même titre que la question de savoir si un annuaire payant ou gratuit peut encore offrir un avantage dans une stratégie de référencement en 2018, ou encore celle de savoir le pourcentage autorisé de répétition du mot clé dans la page. Combien de liens internes (voire-même combien de liens tout court en incluant les liens externes) peut-on mettre dans un contenu ? Evidemment, tout dépend du contenu ou pour être plus précis de la taille du contenu. On pourrait réfléchir sur le sujet de façon bien plus poussée sachant qu’entre un contenu et un autre, indépendamment de la taille du texte, il y a les images, les vidéos et autres qui contribuent bien entendu à agrémenter un contenu.

Cela étant dit, comme les référenceurs que nous sommes sont tout de même pour beaucoup une joyeuse bande de mecs conditionnés à verser dans le standardisé pour essayer sans cesse de résoudre l’insoluble équation optimisation / temps on ne va parler ici que des pages et articles qui ne font pas l’objet d’une multitude de contenus sous différentes formes et parler uniquement du contenu en volume de texte.

Même en répondant à la question sous ce seul prisme, plusieurs façons de faire, dont les deux principales que voici :

  • en mettre un nombre conséquent, mais où chaque lien aura son poids diminué par chacun de ses nombreux voisins,
  • en mettre un nombre plus restreint avec des liens plus puissants et qui vont mieux pousser les pages qu’ils ciblent, mais avec moins de pages poussées à chaque fois.

Le choix de l’une ou l’autre de ces méthodes peut être dicté par votre ligne éditoriale directement, ou par vos besoins de pousser plus particulièrement une ou quelques pages à un instant T, ou par une stratégie qui utilise conjointement les deux méthodes. Sans aborder les techniques d’optimisation de votre arborescence qui méritent des catégories d’articles à eux seuls, ni le maillage interne qui en découle directement, disons que vous pouvez avoir sur votre site quelques pages avec des objectifs de positionnement moins directs et qui sont plus destinés à pousser légèrement de nombreuses pages que plus fortement une poignée.

A titre indicatif, trois / quatre liens pour 1500 mots de contenu poussent bien les trois ou quatre pages en question sur un site qui a un beau potentiel. Évidemment, toutes choses égales par ailleurs, la même quantité dans un contenu de 500 mots n’aura pas les mêmes répercussions, ne serait-ce que parce qu’avec le tiers du contenu, le potentiel de positionnement de la page en question ne sera pas le même. Après, tout est à mettre en rapport avec les requêtes visées cela va de soi.

Un petit tips pour donner une autre dimension au maillage interne en SEO ?

Comme vous le savez sans doute, en matière d’ancre, de nombreux tests SEO ont déjà montré que seule la première était prise en compte dans les liens qui pointent vers une même page. Ce qui ne veut pas dire que les liens qui suivent vers cette même page n’ont pas d’importance pour autant attention, mais pas l’ancre. Alors si parfois vous avez besoin / envie de pousser une page en particulier et d’en varier les ancres parce que votre ligne éditoriale multiplie les occasions de la linker dans votre texte et que vous visez plusieurs keywords avec elle, utilisez, au moins une fois, les ancres internes à cette page. Créez-en pour chacune de vos pages et chacun de vos articles et vous allez voir que, même si cela prend du temps, ne nous le cachons pas, vous allez pouvoir envisager votre maillage interne autrement.